leading story

Bozar expose Antonioni

Pour certains, Michelangelo Antonioni est un dieu vivant (mais mort en 2007): la panacée en matière de cinéma intelligent. Pour d’autres, il est le prototype du metteur en scène insupportable, dont les films abscons ne peuvent se regarder qu’au 17ème degré, avec une bande de copains, et une cannette de bière à la main. La notte, Blow-up, Profession Reporter… Autant de films étiquetés "chefs-d’œuvre du cinéma", mais dont on parle moins aujourd’hui que de ceux de Fellini, Pasolini ou Visconti. Pour contrer cette injustice, et pour montrer à un jeune public plus réticent que certains opus du maître ont (très) bien vieilli, le Palais des Beaux-Arts nous invite à une grande exposition, couplée à une rétrospective à la Cinémathèque Royale.