Publicité
Publicité
edito

Bruce Willis

Lorsque j’ai débuté ma carrière de journaliste, j’ai eu l’occasion de rencontrer un négociant en or. Je me disais qu’il serait très difficile d’écrire un article sur l’or sans jamais avoir vu un lingot de près. Je suis donc allée à Anvers. Jusque-là, mes connaissances en matière de lingots d’or se limitaient à ce que j’avais vu dans le film "Die Hard with a Vengeance", où les réserves d’or de la banque centrale américaine sont volées au nez et à la barbe de Bruce Willis. On y voyait de gros blocs brillants, retirés des coffres forts à l’aide de bulldozers. Je suis donc arrivée au guichet de l’or de la banque anversoise avec quelques a priori. Et tout d’un coup, ils étaient là, sur une petite table. Leur valeur: plusieurs dizaines de milliers d’euros, mais beaucoup plus petits que je ne l’avais imaginé.