Publicité
Publicité
billet

"C'est le Père Michel qui a perdu la N-VA"

… qui crie au Parlement "Qui sait si elle me reprendra?" C’est le Roi, l’eusses-tu cru?, qui lui a répondu: "Mais non, Père Michel, c’est la N-VA qui t’a perdu!" Notre gouvernement était devenu comme une centrale nucléaire belge. Charles Michel 1 et 2 comme Doel 1 et 2. On peut évidemment, malgré la macro-fissure révélée suite au départ fracassant du partenaire du début, essayer de prolonger la vie d’un gouvernement un peu, beaucoup, à la folie mais à un moment donné, le pronostic vital est engagé. MR et N-VA ont pourtant tenté de garder une vie de couple, de façade, un peu comme dans la chanson de Pierre Perret "On s’arrache les tifs, tifs, tifs. Et on se fout des baffes, baffes, baffes mais… On reste ensemble à cause du gov"… Le black-out est tombé sur une Suédoise en coma profond, réanimée artificiellement sous le nom de l’orange-bleue, sanguine, pas mûre et bourrée de pépins.