chronique

Changement

Dès qu’on ouvre les yeux en effet, on se trouve face à une cohabitation inévitable entre ce qui bouge et ce qui ne bouge pas, la permanence est indissociable de l’évolution.