Publicité
Publicité
leading story

Charles Michel préfère un "no deal" à un "bad deal"

"Entre un 'no deal' et un 'bad deal', je préfère encore un 'no deal' qui aura le mérite de la clarté et de la responsabilité", a affirmé le Premier ministre Charles Michel lors d’un discours au Collège d’Europe à Bruges. Évoquant le Brexit, il a souligné le caractère crucial du "backstop", la garantie actuellement inscrite dans l’accord de retrait pour éviter le retour d’une frontière dure entre l’Irlande et l’Irlande du Nord, et à laquelle s’opposent les députés britanniques qui craignent de rester arrimés à l’UE si ce filet de sécurité devait être activé. Par ailleurs, dans un discours sur l’avenir de l’Union européenne aux accents sociaux et environnementaux, CharlesMichel a promis de remettre sur la table la demande d’une harmonisation des salaires minimums entre États membres. Enfin, il a fait sienne la demande d’un "Green deal européen" qui permettrait de "mieux conjuguer une ambition industrielle trop faible avec l’ambition climatique, grâce à l’innovation, la recherche et une stratégie énergétique".