Publicité
Publicité
leading story

Classique | "Couperin - Concerts royaux"

Les Concerts royaux de François Couperin, qui égayèrent les dernières années de Louis XIV, comptent parmi les plus séduisantes pages chambristes nées du Grand siècle. Ces suites pour clavecin laissent une grande liberté en matière d’instrumentation, ce qui nous a valu déjà de belles gravures, notamment par Savall. Le claveciniste Christophe Rousset, qui dirige depuis le clavier, a puisé dans le vivier de ses Talens lyriques quatre complices de choix: la violoniste Stéphanie-Marie Degand, le flûtiste Georges Barthel, le hautboïste Patrick Beaugirard et le gambiste Atsushi Sakai. Une équipe jamais prise en défaut dans ce condensé de musique française, à la pétulance fruitée digne des meilleurs champagnes. Pas question pour autant de forcer sur les bulles. Le trio de dessus – violon, flûte et hautbois – file le parfait amour, accompagné par la grave bienveillance de la basse de viole et les couleurs éclatantes du clavecin. Le tableau aurait pu choisir une magnificence appuyée – nous sommes chez le roi – mais il a préféré l’élégance bucolique d’un Watteau pour ces pièces à exécuter "légèrement, gaiement, naïvement, galamment…". Rafraîchissant…