Publicité
Publicité
leading story

Claustrophobie

Le Kursk, c’est un de ces suspens médiatiques qui a tenu le monde en haleine pendant des jours et des jours. La vingtaine de sous-mariniers russes prisonniers de la mer de Barents allaient-ils s’en sortir? En ce mois d’août 2000, chaque nouvelle édition du journal télévisé, dans chaque pays du monde, commençait par donner des nouvelles du Kursk. Qui se résumaient à: pas de nouvelles… Le point de vue du Danois Thomas Vinterberg ("Festen") est de se placer à la fois avec les survivants de l’explosion du sous-marin, réfugiés dans une zone étanche, avec les familles, et avec les secours dépêchés sur place. Il développe ainsi un suspense rondement mené, où la bêtise humaine occupe une place centrale.