leading story

Comment le PS a saboté le Plan Copernic

La réforme des cabinets ministériels fédéraux prévue par le Plan Copernic ne donne pas les résultats escomptés. Les ministres continuent d’être entourés par des cabinets de 50 à 80 personnes. Ce qui coûte cher – 54 millions d’euros par an – et place l’administration de facto sur la touche. Si la réforme Copernic a échoué, c’est parce que les principaux concernés, c’est-à-dire les ministres et leurs collaborateurs, n’étaient pas du tout demandeurs. Marie Göransson, professeur à l’ULB et auteur d’une thèse de doctorat sur la question, pointe en particulier le rôle du PS, qui a tout fait pour que la réforme soit vidée de sa substance. Elle montre au passage que dans d’autres pays, aux Pays-Bas et au Danemark notamment, les ministres font confiance à leur administration, avec qui ils collaborent étroitement. P. 6