agora

Cordon sanitaire: stop ou encore?

"When the facts change, I change my mind." Ces mots de Keynes me trottent dans la tête depuis le séisme du 26 mai dernier. Plus que jamais depuis ces dernières élections, le pays est coupé en deux. La fracture est béante, l’incompréhension totale. La percée du Belang a pris tout le monde de court. Les avait-on vus venir, Van Grieken et consorts? La réaction fut aussi unanime qu’immédiate. Levée de boucliers. No pasaran! Comme le veut la coutume: cordon sanitaire. Cette réaction relève du réflexe démocratique de base, et devrait m’apparaître comme une évidence. Pourtant, je ne peux m’empêcher de ressentir un certain malaise. Mes certitudes seraient-elles périmées? Cette position de principe est-elle encore tenable dans le contexte actuel? Sert-elle encore vraiment l’objectif qu’elle était censée poursuivre à l’origine? J’ai réfléchi, et j’ai changé d’avis. "When the facts change, I change my mind."