agora

Des tomates plus chères pour réaliser un tax shift

Somme toute, les finances ne sont pas si compliquées. Ceux qui gagnent de l’argent en travaillant peuvent le garder, l’investir ou le consommer. Dans chacune de ces trois options, l’État prend sa part du gâteau. Il y a toujours des impôts. Pour les travailleurs, il y a le tarif d’imposition progressif et vertigineux sur les revenus professionnels. Pour les investisseurs, un précompte mobilier tout aussi élevé, agrémenté de suppléments comme une taxe sur le compte-titres ou la taxe sur les opérations boursières, est de mise. Pour les consommateurs, il y a la TVA. Le taux de TVA est de 6, 12 ou 21 % chez nous, la plupart des produits étant soumis à un taux de 21 %, qui se situe dans la moyenne européenne.