leading story

Friture entre Reynders et Geens sur Dexia

Alors qu’on se dirige vers un compromis sur la question des salaires du comité de direction de Dexia, des divergences se font jour au sein du gouvernement entre le ministre des Finances Koen Geens (CD&V) et son prédécesseur, le vice-Premier ministre MR Didier Reynders. Ce dernier appelle à mettre fin, par une loi, à des prises de décision "à la tête du client". "Pour des entreprises publiques comme la SNCB, on fixe un plafond salarial de 290.000 euros alors que le patron de Dexia gagne 600.000 euros. Ce n’est pas logique", dit Reynders. Koen Geens ne partage pas cette analyse. Pour garder la motivation de l’équipe dirigeante, il fallait s’adapter aux émoluments en vigueur au sein du marché, dit-il. Et les 600.000 euros accordés à Karel De Boeck restent inférieurs aux salaires des CEO de Belgacom ou bpost.