leading story

Gallimard "suspend" son projet de réédition des pamphlets antisémites de Céline

Quelle mouche avait donc piqué la célèbre maison d’édition française lorsqu’elle s’est mise en tête de rééditer trois pamphlets antisémites de l’auteur de "Voyage au bout de la nuit" – "Bagatelles pour un massacre" (1937), "L’École des cadavres" (1938) et "Les Beaux Draps", rédigé en 1941, sous l’Occupation. Certes, ces écrits ne sont pas interdits en France et se trouvent aisément sur la Toile. Mais même "une édition critique", rédigée "sans complaisance aucune", n’aurait-elle pas légitimé l’abominable logorrhée qui effare le lecteur d’aujourd’hui? Ils sont nombreux à le penser, dont l’avocat Arno Klarsfeld, fils des célèbres "chasseurs de nazis", qui s’est fendu d’une campagne sur les réseaux sociaux, faisant tourner ces pages édifiantes de Céline. Gallimard a-t-il voulu faire un coup commercial alors qu’elle doit toujours digérer le rachat de Flammarion, dans un contexte très tendu pour l’édition? On peut le supposer. Mais à l’heure où se libère la parole haineuse et que l’extrême-droite a pignon sur rue, c’était prendre un risque inconsidéré. Suite à la polémique, Antoine Gallimard, président des éditions, a fini par "suspendre" leur projet, "jugeant que les conditions méthodologiques et mémorielles [n’étaient] pas réunies."