Publicité
Publicité
leading story

Greenyard envisage de vendre des bâtiments

Pris dans la tourmente, le géant des fruits et légumes Greenyard se prépare à un recul de son bénéfice de 25% alors qu’il misait sur une progression de 10%, avec pour conséquence une hausse du taux d’endettement. En cause: la pression des distributeurs sur les prix, la sécheresse estivale qui a détruit une partie des récoltes et la fermeture momentanée d’une usine hongroise contaminée par la bactérie listeria. Pour rassurer ses actionnaires réunis en assemblée générale, le CEO Hein Deprez a expliqué que l’entreprise envisageait de vendre une partie de ses bâtiments avant de les relouer à l’acquéreur. Une opération de sale-and-lease-back offre plus d’avantages que d’inconvénients, selon lui. Greenyard a réussi à convaincre ses créanciers – les banques – de tolérer jusqu’en mars 2019 un taux d’endettement plus élevé.