leading story

Histoire de profils à la sauce MR

Perdant à la droite de la droite, le MR recrute à droite de la gauche de droite. C’est une des fracassantes candidatures d’ouverture de la semaine. Claude Moniquet, ex-reporter, ancien agent secret travaillant pour le compte de la France (lit-on partout), est surtout connu en Belgique comme chroniqueur-expert en matière de terrorisme international. Il partage régulièrement son expérience, ses connaissances et des prédictions (qui ne se vérifient pas toujours) sur les plateaux d’RTL-TVI. Pas de chance pour la chaîne privée, son expert a donc décidé de se lancer en politique et rejoint Alain Destexhe, dissident du MR, et son nouveau vrai parti libéral de droite. Claude Moniquet tirera la Liste Destexhe pour la Région bruxelloise. "Avant qu’Alain Destexhe ne lance sa liste, j’ai pensé un temps rejoindre le MR, où j’ai beaucoup d’amis. Il est vrai que j’ai eu des contacts et des discussions", expliquait-il à la DH mardi avant d’être recadré quelques lignes plus loin par Georges-Louis Bouchez, délégué général du MR. "Nous ne l’avons jamais contacté pour en faire un candidat aux élections", assurait l’agitateur montois. Où est la vérité, dès lors? Et bien, lecteur avide, L’Echo est en mesure d’affirmer que les deux ont raison. Claude Moniquet a, en premier, sollicité le Mouvement réformateur. Il s’est adressé directement à Didier Reynders pour "faire acte de candidature pour la liste régionale bruxelloise", confirme une source de premier ordre. Des discussions s’en sont forcément suivies puisque Didier Reynders n’a pas pour habitude de laisser ses correspondants sans réponse. Sans succès, peut-être en raison de l’encombrement de cette liste régionale ou comme à chaque fois, il y a bien plus de candidats que de places éligibles. Une élection réussie ne pouvant se faire sans transfert RTL/MR, Didier Reynders n’a pas perdu sa semaine puisqu’il est parvenu à débaucher Michel De Maegd. Pour sûr, le "gauchisme de droite" affiché par l’ex-journaliste tranche avec le profil de Claude Moniquet. Avec celui de Didier Reynders aussi, mais ne le disons pas trop fort, Hervé Hasquin a déjà fait assez de dégâts comme ça.