Publicité
Publicité
leading story

Joe Satriani, "Shockwave Supernova"

Né en 1956, à Westbury, Joe Satriani a grandi dans la fascination de musiciens pour qui les Gibson et autres Fender-Stratocaster étaient autant des outils de révolte et de sculpture sonore que des métaphores sexuellement explicites. Dans les années 80, il avait imposé un son incisif, un jeu pyrotechnique sur fond d'aliénation technologique. Avec "Shockwave Supernova", son 15e album, la technique incomparable est toujours là. Le "Guitar hero" entremêle avec un savoir-faire étourdissant les riffs agressifs du heavy metal, l'agilité et les changements rythmiques du jazz, les thèmes mélodiques habituellement pris en charge par les voix aiguës du hard rock. Mais le son Satriani, acrobatique à outrance, a mal vieilli. Incapable d'éviter ses tics, il livre un album oscillant entre grandiloquence et courses-poursuites sentimentales. Comme si le son glaciaire de ses guitares tentait, en vain, de conjurer le nouveau décor de nos vies vitrifiées.