leading story

Keith Richards "Crosseyed Heart" NNNNn (Virgin EMI/ Universal)

Vingt-quatre ans après "Main Offender", celui qui aura été l’âme, le pouls et le cœur toujours battant des Stones, revient avec "Crosseyed Heart", son 3e solo. Le cœur qui louche, Keith revisite tout ce qui l’a influencé: le reggae, à travers une reprise de Gregory Isaacs, le jazz grâce à "Illusion", seul duo du disque avec Norah Jones, et bien sûr la musique noire, façon Delta. "C’est tout ce que j’ai", gronde la voix charpentée de bourbon sur "Crosseyed Heart", morceau titre, que Keith Richards achève avec la même brutalité que celle dont il fit preuve en annonçant vouloir mettre fin à sa carrière, en 2010. Romantisme canaille et mauvais esprit en prime, Keith et ses copains (Steve Jordan, Ivan et Aaron Neville ou le saxophoniste Bobby Keyes, disparu juste après l’enregistrement) se sont donné du bon temps, le vieux pirate affichant même une vitalité inédite dans son chant patiné de bluesman blanc, que ce soit sur des rocks mid tempo stoniens en diable ou de sympathiques ballades countrysantes… Son meilleur disque, qui fait songer que les guitares sauvages d’"Amnesia" et "Heartstopper" auraient pu figurer sur un album des Stones. De moins en moins hypothétique, puisque les papys rockers devraient l’enregistrer début 2016. R.NZ