Publicité
Publicité
chronique

L'oeil du Bux | Thank you very much

Il fut un temps – pas si lointain – où l’Europe, du moins l’Europe objet médiatique, emmerdait (excusez-moi) les gens et les faisait tourner les talons aussi sec en poussant des cris d’horreur ou à peu près. Il faut rendre à César ce qui lui appartient et aux Anglais ce qui leur est dû: avec leur bloody Brexit, les Britanniques sont parvenus à quelque peu ranimer l’intérêt citoyen et la flamme médiatique pour le devenir du continent. Jusqu’ici, c’était peine perdue, l’Europe des traités commerciaux, des amendes infligées pour abus de position dominante, l’Europe du sauvetage des finances grecques ou du veto sur la fusion Siemens-Alstom, cette Europe-là, absente du débat climatique, peureuse sur celui de la migration et taiseuse sur le social, n’intéressait pas (ou plus) grand-monde.