leading story

La dévaluation surprise du yuan pèse sur les marchés

La Chine a pris les marchés par surprise en dévaluant de près de 2% sa devise, le yuan. Officiellement, il ne s’agit pas d’une dévaluation mais d’une opération "unique" visant à intégrer "pleinement" l’offre et la demande sur le marché des changes. Cette mesure ressemble pourtant beaucoup à une dévaluation compétitive, alors que la politique de yuan fort défendue par la banque centrale chinoise a contribué à saper les exportations chinoises, en chute de plus de 8% le mois dernier. La chute du yuan a pesé sur les marchés mondiaux. Les autres devises émergentes ont dévissé, sur la crainte d’une guerre des monnaies. Les matières premières, libellées en dollars, sont désormais plus chères pour les consommateurs chinois et la demande risque de baisser. Le secteur a chuté de plus de 4% sur les Bourses européennes, de même que les constructeurs automobiles qui exportent beaucoup vers la Chine. La Bourse de Francfort a chuté de 2,7%. À Bruxelles, le Bel 20 a cédé 1,5% pénalisé par Bekaert (-2,6%) et Umicore (-2,5%).