epinglé

La France sera plus tatillonne sur les décorations

Mais que ne ferait-on pas pour arborer le précieux pin’s à sa boutonnière. Si la légion d’honneur et ses cinq grades, de chevalier à grand-croix, en font rêver plus d’un, c’est que cette décoration française voulue par Napoléon a été faite pour ça: "flatter les vanités", comme l’indiquait hier le Figaro. Le président Emmanuel Macron, automatiquement bénéficiaire du plus haut grade dès sa prise de fonction, a décidé de calmer un peu le rythme des attributions accordées à la sulfateuse ces dernières années. A partir du premier janvier il devrait y en avoir moins. Le contingent devrait tomber à 600 au lieu de 731 pour la vague précédente. Instruction va être donnée aux distributeurs, comme les ministres, de se montrer davantage sourcilleux sur le mérite supposé de la personne visée. D’autant que les attributions plus ou moins récentes à des personnalités aussi variées que Harvey Weinstein ou Bachar el-Assad, ont fait quelque peu désordre. Cependant, comme le faisait remarquer hier un "commandeur" contacté par L’Echo, "la bonne idée serait de décorer l’intégralité des instituteurs et professeurs travaillant dans les quartiers difficiles". Mais voilà, ce ne serait pas pareil. Car la flatterie va dans les deux sens, du distributeur au récipiendaire et inversement, surtout dans les ministères. Les maîtres d’école c’est bon pour les mairies et les préfectures. Toujours est-il que les désignés oublient rarement de l’épingler. Il y en a près de 100.000 à ce jour. Il faut aussi savoir que bonne mère, la république française a inventé des solutions de secours pour consoler les éventuels dépités: l'ordre national du mérite, l’ordre des arts et des lettres, les palmes académiques, le mérite maritime et le mérite agricole. Mais "tout ça ne vaut pas", ainsi que le chantait Bourvil à propos d’un fameux clair de lune, le préliminaire qui fait (intérieurement) trembler de joie l’heureux élu: "Au nom du président de la République et des pouvoirs qui me sont conférés…". Quand ce n’est pas le président de la République lui-même qui honore bien entendu.