leading story

La N-VA dicte la communication fédérale sur la Catalogne

Le tweet offusqué de Charles Michel dénonçant la violence des forces de l’ordre en Catalogne a une histoire. Et elle s’écrit en jaune et noir. Selon nos informations, les ministres N-VA Jan Jambon et Theo Francken en tandem avec Bart De Wever ont mis la pression pour orienter le discours belge vers une posture résolument pro-séparatiste sur la question catalane. Une position qui ne ravit pas tout le monde au sein du gouvernement. Le MR Didier Reynders, par ailleurs ministre des Affaires étrangères, est gêné aux entournures. Comment défendre ce discours dans les cénacles internationaux où le maître mot est la non-intervention dans les affaires d’un État membre? Le sujet est par ailleurs tout sauf symbolique. Les velléités séparatistes de la Catalogne et de l’Écosse ont fait l’objet d’âpres négociations lors de la formation du gouvernement en 2014. Loin d’être une note de bas de page, la discussion figure bel et bien dans l’accord gouvernemental. Si la question écossaise s’est résolue d’elle-même (pour l’instant), la N-VA compte soutenir le bras de fer catalan. "Devoir battre en retraite sur une question comme la Catalogne, pour nous, c’est impossible", siffle un ténor N-VA.