La surprise du chef

Grosse affluence, mercredi, à Louvain-la-Neuve, où l’Union wallonne des entreprises (UWE) tenait son assemblée générale. D’ordinaire sans autre enjeu que celui de réseauter au meilleur niveau, la grand-messe patronale n’avait cette fois rien d’une partie de plaisir pour les dirigeants de l’organisation. Tout a été fait pour que, sur le podium, rien ne filtre du vif débat (le mot est faible) qui anime en interne les tenants et les opposants du président Jacques Crahay depuis son plaidoyer pour "une économie plus équilibrée et moins tyrannique" dans les colonnes de votre journal préféré. Pour éviter tout dérapage, le président et l’administrateur délégué Olivier de Wasseige (qui ne sont pas… comment dire… forcément d’accord sur tout) se sont limités à lire leur texte aussi bref que neutre. Pas de vague en public, on lavera le linge sale en famille, plus tard. C’était sans compter l’orateur invité du jour, Elio Di Rupo. Devant plus de 500 patrons et une bonne partie de son gouvernement, le ministre-président wallon a lui aussi lu un texte assez prévisible, sauf le dernier paragraphe. En guise de conclusion, le socialiste a en effet choisi de citer Jacques Crahay et de saluer ses propos "sages, justes, visionnaires". Lors du cocktail qui a suivi, on a entendu ceci plus d’une fois: "Après ce qu’Elio a dit, ceux qui voulaient voir Jacques partir peuvent oublier l’idée".