leading story

Le beurre, l'argent du beurre et... le sourire du colombophile!

Niklaas Gyselbrecht dirige Pigeon Paradise (Pipa), une société qu'il a fondée au sortir de ses études d'économie. Au départ, il s'agissait d'un site contenant des informations à destination des colombophiles. La grippe aviaire, qui a déferlé sur la Belgique en 2003, a tout changé. Plus d'une fois, il a devancé la VRT et VTM en termes de rapidité d'informations, des milliers de colombophiles ont commencé à le suivre, mais la formule ne lui rapportait rien. C'est alors qu'il s'est mis en tête de vendre des pigeons en ligne, ce que personne ne faisait à l'époque. Il a testé le modèle avec les pigeons de son père dont il tirait le portrait avant de les mettre sur son site internet. Et ça a marché! Plus de dix ans plus tard, Niklaas Gyselbrecht vend entre 6.000 et 8.000 pigeons par an. Les principaux clients de sa société sont Chinois, et ils achètent des pigeons à tours d'ailes, soit pour les jouer, soit pour les collectionner. Et quand on aime, on ne compte pas.