Le choix de Sophie | Un cri sous les ruines

On peut posséder de bien des manières, par spoliation, achat ou rapt. Du moins si on est Blanc au XIXe siècle, du côté de Richmond, en Virginie. Kevin Powers y est né, lui. Il aime sa région, et se souvient qu’enfant, il rôdait autour d’une demeure délabrée, vestige d’une maison de planteur, peuplée d’histoires, de mythes et de fantômes. Hantée par la violence. Cette mémoire douloureuse, honteuse ou fièrement revendiquée par les suprémacistes blancs, il l’affronte dans ce roman historique d’une rare sensibilité. Un même élan relie les protagonistes que cent ans séparent, Rawls et Nurse, George, Emily, esclave ou épouse de propriétaire terrien, tous captifs d’une idéologie raciste, conquérante et destructrice.