agora

Le FMI doit veiller à ne pas perdre sa raison d'être

Cette année, je n’ai pas assisté aux réunions annuelles d’octobre du Fonds monétaire international et de la Banque mondiale à Washington, DC. Par contre, j'ai porté une attention particulière aux rapports de la réunion et j'ai parlé à des personnes qui y étaient et que je respecte. Ce qui en est ressorti est déprimant pour le bien-être de l’économie mondiale. En particulier, la perspective de faiblesses persistantes et de pressions à la fragmentation aggravera les problèmes de crédibilité et d'efficacité des institutions multilatérales.