Publicité
Publicité
leading story

Le GSM de Marghem épargné

Les ministres du Climat ont été pas mal secoués par l’action menée par "Act For Climate Justice" incitant les citoyens à "réveiller" leurs ministres en charge des questions climatiques. Pas moins de 2.000 affiches ont été placardées dans les grandes villes du pays, et des milliers de stickers collés dans les transports en commun, d’après les responsables de l’initiative, renvoyant à un site qui encourageait à contacter directement par courriel, appel téléphonique, SMS ou Twitter, les quatre ministres chargés des questions climatique et environnementales. Le pire? Les messages sur le GSM. "Jean-Luc a reçu une telle déferlante de SMS que cela bloquait purement et simplement son téléphone", explique le cabinet du ministre wallon Jean-Luc Crucke (MR). "Je ne parviens même plus à être joignable pour mes enfants", a déploré la ministre bruxelloise Céline Frémault (cdH). Le cabinet de la ministre fédérale Marie Christine Marghem (MR), lui, s’est plaint que le téléphone de la ministre ne s’arrêtait pas de vibrer. Mais il s’agissait uniquement des notifications envoyées par Twitter. Car son numéro de GSM ne figurait pas dans la liste auquel le site "Wake up your ministers" proposait d’envoyer un SMS. C’est donc surtout le standard téléphonique du cabinet et la boîte e-mail qui ont été sollicités. Ce dont la ministre fédérale ne s’est guère vantée auprès de ses collègues, submergés de messages envoyés à leur numéro personnel.