agora

Le jour où il n'y aura plus de journalistes pour raconter…

Les médias ont subi longtemps avant de réagir, s’en prenant aux conséquences plutôt qu'aux causes. Faute d’argent, on licencie les journalistes au point d’arriver parfois à la caricature: un journal sans journalistes ou presque. Désormais, ils veulent faire valoir leurs droits pour pouvoir continuer à informer, ils demandent que soient partagées les recettes commerciales avec les producteurs de ces contenus, qu’ils soient médias ou artistes. C’est ça les " droits voisins ".