Publicité
Publicité
epinglé

Le musée, rendu à ses visiteurs

Transformer des quidams en commissaires d’exposition, l’idée n’est pas neuve. Grâce au numérique, des institutions branchées proposent ainsi à leurs visiteurs d’agencer eux-mêmes les collections ou de recomposer l’exposition qu’ils viennent de voir, puis de leur envoyer le résultat par mail ou sur Facebook. Séduisant, ce procédé ne sert bien souvent qu’à aider le musée à optimiser la hiérarchie de ses œuvres populaires et à faire du marketing direct. Mais, sur le fond, rien ne change: le conservateur ou le commissaire patenté restent ici seuls maîtres après dieu.