leading story

Le sillon belge

A la galerie Laurentin, près du Sablon, une belle rétrospective est consacrée à Raoul Ubac. Antoine Laurentin a passé dix ans à mettre sur pied cette exposition qui embrasse toute la production de cet artiste qu’on associe, peut-être à tort, au mouvement Cobra. Mouvement dont il fut un membre à part entière, comme le montrent quatre pastels, dont un magnifique de la série des "Grandes têtes blessées", typiques de ce mouvement libre de tout courant.