Publicité
Publicité
leading story

Le violoncelle vagabond

"On croit qu’on va faire un voyage, mais c’est le voyage qui vous fait." Le célèbre propos de Nicolas Bouvier, mis en exergue du livret, donne le ton de cet enregistrement aussi inattendu que bienvenu d’Ophélie Gaillard. La violoncelliste française, qui fait son miel de Bach autant que des romantiques, abandonne, cette fois, le grand répertoire pour se noyer dans l’univers enivrant du tango, de la samba et de la rumba. Ce disque est à l’évidence le fruit d’une longue maturation, l’aboutissement d’un projet nourri par les multiples voyages de la violoncelliste dans les mondes latino et ibérique. Des pérégrinations qu’elle qualifie elle-même "de voyages initiatiques" – nous y voilà –, tellement nourrissants qu’il faut, un jour ou l’autre, matérialiser l’indicible pour en laisser une trace.