Publicité
Publicité
leading story

Led Zeppelin "Presence", "In Through the Out Door", "Coda"

Dans la foulée de la réédition du gargantuesque "Physical Graffiti", Jimmy Page ressort les trois derniers épisodes de la saga Led Zep: "Presence", "In Through the Out Door" et "Coda". Dans le lot, des prises alternatives de studio, des "esquisses" et, bien entendu, les morceaux finaux. En 1976, les quatre Anglais dégainent "Presence", un album habité, et presque un chant de cygne. L'album s'ouvre sur "Achille's Last Stand", chevauchée effrénée de plus de dix minutes. Du grand Led Zeppelin, emporté par les riffs et les solos ravageurs de Page et par l'incroyable jeu de batterie de John Bonham. Accélération furieuse, cassure de rythme... "In Through the Out Door" nous emmène au bout du voyage. Jusque "Coda", qui propose quelques titres inédits, comme ces sessions enregistrées avec l'Orchestre de Bombay en 1972. Robert Plant et Jimmy Page avaient ce désir: revisiter "Four Hand" et "Friends" avec une autre orchestration, proche de ce que l'on appelle aujourd'hui la world music.