Publicité
Publicité
leading story

Les champions des "notionnels" ont payé 2,3% d’impôt l’an dernier

Les intérêts notionnels sont (un peu) moins généreux que par le passé. Cela signifie-t-il que les grands groupes qui recourent largement à la déduction pour capital à risque paient d’ores et déjà plus d’impôts?