leading story

Les gagnants et les perdants en Flandre

Liesbeth Homans

L’Anversoise Liesbeth Homans (N-VA) disposait hier soir de 118.000 voix de préférence en Flandre. C’est loin derrière les 314.000 voix au niveau fédéral de Bart De Wever. Mais ce résultat lui permet néanmoins de devancer Kris Peeters et ses 103.000 voix. C’est une surprise.

Kris Peeters

Du coup, le ministre-président sortant Kris Peeters (CD&V) n’est plus d’office le candidat numéro un à sa propre succession à la tête de l’exécutif flamand. Il reste que Peeters, avec son caractère accommodant, a un profil nettement plus "présidentiable" que Homans, dont les déclarations cassantes sur les allocataires sociaux et les étrangers ont polarisé l’atmosphère dans la métropole anversoise.

Wouter Van Besien

Très loin derrière le duo Homans-Peeters, on retrouve Wouter Van Besien, le patron de Groen à Anvers avec environ 30.000 voix de préférence. C’est une des bonnes surprise de ce scrutin.

Maggie De Block

La vedette de l’Open Vld Maggie De Block n’a pas déçu: avec 50.000 voix de préférence à la Région flamande, elle devance pour le Brabant flamand le ministre des Finances CD&V Koen Geens (21.000 voix) et le N-VA Théo Franken (20.000 voix).

Gwendolyn Rutten

La présidente de l’Open Vld a réalisé 26.000 voix de préférence au Parlement flamand. Elle bat de 3.000 voix Ben Weyts, virtuel numéro 2 de la N-VA.

Huub Broers

Le bourgmestre de Fourons a réalisé un score fleuve dans sa commune: 47% sur les listes du Parlement flamand.

Brecht Vermeulen

Comment ne pas épingler la performance du nouveau venu en politique dans les rangs de la N-VA, un certain Brecht Vermeulen, natif de Roulers, et qui enregistre pratiquement le même score que Vincent Van Quickenborne (Open Vld) à Courtrai.

J-M Dedecker

Le chef de file et fondateur de la Lijst Dedecker a perdu le seul siège qu’il lui restait à la Chambre. Mais Jean-Marie Dedecker ne compte pas fermer boutique pour autant. "Il nous reste un bas de laine, la prochaine échéance, ce seront les élections communales de 2018. Les vainqueurs sont des perdants qui refusent d’abandonner", a-t-il lancé.

Filip Dewinter

Le Vlaams Belang s’est effondré au profit de la N-VA. "Une partie de nos électeurs a disparu dans le trou noir de la N-VA", a admis Filip Dewinter, le leader de l’extrême droite flamande. "Nous avons semé, d’autres ont récolté."