edito

Les gestionnaires mis au placard?

Pendant mes sports d’hiver, le téléphérique nous amenait chaque matin vers les pistes. Chaque téléphérique pouvait transporter une trentaine de personnes, en plus de l’accompagnateur. J’ai remarqué que cet accompagnateur n’avait en fait pas grand-chose à faire. Les machines s’occupaient de tout. Mais sa présence avait quelque chose de rassurant: en cas de nécessité, il serait là pour intervenir. Car lorsque notre vie est en jeu, nous ne voulons pas dépendre uniquement de machines. Mais en est-il de même pour notre argent? Sommes-nous prêts à confier totalement sa gestion à des machines et des robots? BlackRock, la plus grande société de gestion au monde, vient de remplacer les gestionnaires de plusieurs fonds américains par un modèle mathématique géré par ordinateur, ce qui réduit les frais de gestion. Avec ces robots, BlackRock souhaite jeter un pont entre la gestion active (chère) et les fonds indiciels (bon marché), de plus en plus populaires. Les ordinateurs peuvent réaliser de nombreuses tâches, comme établir des listes d’actions bon marché. Ceci permet aux gestionnaires de se consacrer à d’autres choses, comme réagir de manière appropriée en cas de catastrophe.