agora

Les muses chinoises de Facebook

La commission des finances du Sénat américain a écrit, le 2 juillet dernier, un courrier suppliant Facebook d’un moratoire sur le Libra. Au-delà de la démarche, hallucinante, de la part d’un État, il y a la crainte bien réelle que le Libra soit un réel tsunami. Le Sénat craint que Facebook ne maîtrise pas mieux le Libra que ses données (Cambridge Analytica) ou son réseau (lors des dernières élections US).