agora

Macron sans solution

L’odieuse attaque contre la mosquée de Bayonne, qui a fait deux blessés parmi les fidèles, a suscité à juste titre une très vive émotion, souligne Le Figaro. Beaucoup voient en elle le fruit néfaste des débats "hystériques" sur l’islam qui agitent la France. Les nombreux attentats terroristes perpétrés depuis 2012 et Mohamed Merah n’ont pas peu contribué à ce climat. Le djihadisme reste évidemment une menace constante qu’il faut combattre sans relâche, dit le journal. Mais on aurait tort de sous-estimer l’inquiétude que provoquent dans la population les manifestations de plus en plus visibles d’un islam identitaire dans l’espace public. Y compris parmi les musulmans. L’islam n’est pas l’islamisme, bien sûr, mais ses expressions à relents communautariste et militant sont à prendre au sérieux. Ce constat posé, comment répondre à l’attente de Français de moins en moins disposés à tolérer les coups de canif à la laïcité? Emmanuel Macron, en quête de solutions, a demandé au Conseil français du culte musulman (CFCM) de s’engager. Le CFCM souligne non seulement que le voile est "une prescription religieuse" – ce que le Coran ne dit pas formellement –, mais aussi qu’une réflexion doit être engagée pour distinguer les signes de radicalisation de la "pratique piétiste" de l’islam, qui, elle, serait acceptable. Autant dire qu’Emmanuel Macron, qui souhaitait un "discours clair pour ne pas laisser perdurer l’ambiguïté dont s’alimentent les radicaux", peut encore attendre, conclut le journal.