agora

Parfois "trop peu, c'est trop peu". Et c'est le cas en matière de taxation des stock-options.

On entend souvent s’écrier "trop, c’est trop", et c’est salutaire car il faut oser s’opposer à ce qui est excessif. Mais il faut aussi savoir s’opposer à ce qui est insuffisant avec un "trop peu, c’est trop peu" symétrique. Et ceci est vrai en tout… en ce compris en matière d’impôt! Oui, dans certains cas, pour les taxes aussi, "trop peu, c’est trop peu". Voilà qui paraîtra bizarre à ceux pour qui tout impôt est toujours un mauvais impôt et donc toute diminution d’impôt est à saluer. Nous ne le pensons pas. Une taxe carbone, qui ferait "internaliser" par le pollueur le coût qu’il impose à la société, est certainement un bon impôt.