Publicité
Publicité
leading story

Points de vue contemporains

C’est par "History of Oil Painting", de Romeo Castellucci, qu’on entre dans l’exposition. Cette boîte rectangulaire tapissée de rideaux blancs plissés encadre un reliquaire renfermant les cheveux d’une prostituée. En échange d’argent, elle a dévoilé une petite partie de sa personne à l’artiste, un contrat qui réplique le rapport peintre-modèle du temps de Théodore van Loon. Le texte de ce contrat, mangé par les plis baroques de la tenture, est illisible. Le plasticien et musicien Joris Van de Moortel s’est inspiré de l’exubérance du baroque et de la sensualité de van Loon pour son installation composée de collages plastique, de dessins, d’un néon bleu et d’un autel de haut-parleurs. Il complète cette machinerie d’une composition pour cordes, cuivres, guitare électrique, bec Bunsen et compresseur… Quel bruit fait une œuvre d’art? Retenu par BozarLab, Yiannis Kranidiotis a associé fréquences de couleur et ondes sonores pour composer un soundscape sur des œuvres de van Loon. Iconoclaste au sens propre de briseur des images idolâtres, l’artiste brise le tableau pour le reconstruire. Épinglons encore l’installation iconoclaste d’Honoré d’O. Il n’y en a décidément plus que pour van Loon à Bozar! JFHG