leading story

Pop | Sophie Hunger - "Molecules"

On suit la Bernoise Sophie Hunger depuis une dizaine d'années. Le moins qu'on puisse dire, c'est qu’elle est une artiste qui ne se repose pas sur ses acquis. Installée depuis quelques temps à Berlin, cette amoureuse de la night a délaissé ses instruments classiques pour les synthés analogiques. Elle a choisi aussi avec "Molecules" de réaliser un album en anglais et rien qu'en anglais. Sophie pense que c'est une manière héroïque de défier la tyrannie de la culture pop anglophone. En tout cas, elle y a sa place dans cette culture. Pour elle, ce nouvel album est une tentative de folk électro minimaliste. C'est qu'il n'y a ni emphase, ni pesanteur dans ses nouveaux morceaux. Sa voix narre, enjôle, ravit. Sophie raconte une rupture amoureuse mais pas seulement. Ainsi, dans "She Makes Presidents", elle évoque le vote des femmes, lors des élections américaines. Intelligent et habilement construit, l'album comporte plusieurs grands moments comme ce "I Opened A Bar" carrément entêtant.