Publicité
Publicité
leading story

Que pensez-vous de l’état dans lequel vous laissez le paysage énergétique belge?

Gérard Mestrallet: "J’ai la fierté d’avoir construit ce groupe, mais si j’ai un regret, c’est bien sûr l’évolution du cours de bourse. Il y a en fait eu deux périodes. Durant la première, à deux reprises, on a eu la meilleure performance du CAC40. Et puis après 2008, avec la crise économique et surtout la crise énergétique, cela a été beaucoup plus difficile. Et le regret que j’ai par rapport au cours de bourse n’est pas tempéré par le fait que d’autres énergéticiens ont fait moins bien que nous."