Raphaël, peintre de la sérénité à notre époque menacée

Deux noyaux du pouvoir européen, le royaume de France et la myriade des cours d’Italie qui, à la Renaissance, entretinrent des liens et des rivalités artistiques et militaires, célèbrent Raphaël pour le 500ème anniversaire de sa mort. À Rome et à Chantilly, c’est une occasion unique de (re)découvrir le dessinateur à la main infaillible, l’observateur hors-pair de la nature (c’est-à-dire du corps humain). Le maître d’Urbino atteint une forme de grâce parfaite : celle du geste qui s’oublie. Par Byline_Intro WE