Publicité
Publicité

Roland Gillet: "Dans cette crise, je suis plus inquiet pour l’Europe que pour les États-Unis"

Le paradigme lié à des taux d’intérêt extrêmement bas est révolu, confie le professeur Roland Gillet. Dans ce contexte, la dette italienne le préoccupe bien davantage que la dette belge.