Publicité
Publicité
leading story

Salvini veut la place de Juncker

Après avoir mené campagne en Italie contre l’Union européenne, le leader de l’extrême droite italienne Matteo Salvini se verrait bien à la tête de la Commission européenne. "C’est vrai que mes amis de différents pays européens me le demandent", avoue le ministre italien des Affaires intérieures lors d’une interview à La Repubblica. Il y songe, mais la décision n’est pas prise. À sept mois du scrutin européen, après avoir lancé des brûlots contre l’Europe et surfé sur la phobie des migrants, il prendrait bien la place de Jean-Claude Juncker. "Le casting idéal" pour l’AfD, l’extrême droite allemande. Depuis l’arrivée au pouvoir de la Ligue et des populistes du M5S, l’Italie phagocyte l’agenda européen en bloquant les directives sur la migration, en voulant forcer une réconciliation avec Moscou et en jouant un bras de fer avec la Commission sur le budget. Matteo Salvini a peu de chance d’atteindre le strapontin étoilé. L’extrême droite est loin derrière les démocrates-chrétiens, les sociaux-démocrates et les libéraux. Sa candidature lui offrira une nouvelle tribune lors des débats télévisés entre les candidats. V.G.