leading story

Sélection pop

Ce troisième opus du groupe canadien, mené par Katie Stelmanis, est, comme son titre l’indique, nourri d’intentions politiques. Se basant sur le simple constat qu’il est plus facile d’imaginer la fin du monde que de l’améliorer (le monde, pas la fin…), la chanteuse, basée à Montréal, s’est immergée dans la littérature de philosophes et d’économistes — de Nick Srnicek et Alex Williams à Naomi Klein — qui envisagent des alternatives réelles aux changements climatiques et au désastre économique.