edito

Un peu de substance, SVP

Les gestionnaires de fonds sont souvent évalués sur la base du rendement financier comparé aux risques. Non seulement ils se livrent une concurrence féroce, mais ils doivent également lutter contre les fonds passifs, comme les trackers, de plus en plus populaires. À cause des coûts élevés, de nombreux gestionnaires ont du mal en effet à faire mieux que les fonds indiciels bon marché. L’attention grandissante accordée au rendement "social", à la fois par les petits et les gros investisseurs, offre dès lors aux gestionnaires de fonds l’occasion de se distinguer. C’est peut-être ce qui explique en partie l’attention particulière qu’ils accordent depuis quelques années à la durabilité. Plus les banques et les investisseurs s’intéressent à l’éthique, plus vite nous arriverons à financer l’économie de manière durable. Personne ne le conteste. Mais le concept de durabilité ne doit pas être vidé de son contenu par des acteurs qui l’envisagent, de manière opportuniste, comme un simple outil de marketing. La substance doit prévaloir.