leading story

Vivement le RER!

Une centaine d’heures! C’est le temps perdu l’an dernier par les navetteurs sur le chemin du travail. Une douzaine de jours de travail, simplement coincé derrière son volant dans les embouteillages.