Ianoukovitch: Fusion Gazprom-Naftogaz impossible

(AFP) - Le président ukrainien Viktor Ianoukovitch a jugé impossible la fusion entre le géant russe Gazprom et la société ukrainienne Naftogaz, proposée par le Premier ministre russe Vladimir Poutine, dans une interview à la BBC diffusée vendredi.

"C'est impossible", a déclaré M. Ianoukovitch.

Le 30 avril, M. Poutine a lancé un pavé dans la mare en proposant de fusionner Gazprom, premier producteur mondial de gaz, avec son homologue ukrainien Naftogaz, en difficulté, prenant notamment de court les autorités ukrainiennes.

"Si c'est à 50-50, ce serait intéressant", a d'abord suggéré M. Ianoukovitch, avant de reconnaître qu'il s'agissait d'une plaisanterie. Selon des experts, la part ukrainienne dans cette union ne dépasserait en réalité pas 8%.

"Nous comprenons qu'il est impossible de le faire à 50-50. Car Gazprom ne l'acceptera jamais, la Russie ne l'acceptera pas. C'est une blague. Et une fusion sous toute autre condition est impossible", a résumé M. Ianoukovitch.

Le Premier ministre ukrainien, Mykola Azarov, avait déjà indiqué le 5 mai que l'Ukraine n'était prête à considérer une fusion que si celle-ci se faisait sur un pied d'égalité.

En revanche, l'Ukraine est prête à former un consortium avec la Russie et l'Union européenne afin de moderniser son système de gazoducs, par lequel transitent 80% des livraisons du gaz russe vers l'Europe, a fait valoir M. Ianoukovitch.

Si ce consortium voit le jour, "tous les participants (...) obtiendront une part" dans les gazoducs ukrainiens, a-t-il assuré.

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés