Publicité

Anglo Irish Bank place Dublin en situation périlleuse

Le gouvernement irlandais affirme que la dette senior de la banque nationalisée Anglo Irish Bank ne fera pas défaut, mais les agences de rating sont beaucoup plus méfiantes. La pression s'intensifie sur les autorités de Dublin.

Le ministre des Finances irlandais, Brian Lenihan, serait-il dans l’erreur? Anglo Irish n’est peut-être pas aussi "insubmersible" qu’il le prétend… Bien que le gouvernement affirme à qui veut l’entendre que la dette senior (16,5 milliards d’euros) de la banque nationalisée ne fera pas défaut, le marché et les agences de ratings n’en sont pas aussi certains.

Moody’s Investors Service a abaissé lundi de trois crans la note de la dette d’Anglo Irish Bank et de six crans la note de sa dette subordonnée ("Baa3", soit juste un cran au-dessus de la catégorie des obligations pourries).

Hier ce fut au tour de Standard & Poor’s (S & P) de faire part de sa méfiance en déclarant que si d’aventure la recapitalisation d’Anglo Irish par l’État devait dépasser le cap des 35 milliards d’euros, elle ne pourrait faire autrement que de dégrader le rating de la dette à long terme de l’État irlandais ("AA-"). On est loin, il est vrai, des 25 milliards d’euros budgétés induisant un déficit budgétaire 2010 de… 25 %.Risque de défaut

La pression est donc particulièrement vive sur les autorités de Dublin qui doivent annoncer de manière imminente le montant de la facture du démantèlement d’Irish Bank. Un porte-parole du ministère des Finances a dit mardi que l’Irlande honorerait ses obligations envers les détenteurs de dettes prioritaires. Mais quid des autres? Le journal "Irish Independent" écrit que les détenteurs d’obligations irlandaises subordonnées risquent de se voir proposer un rachat de titres avec décote. Une autre piste serait d’échanger, via un swap, la dette à problème avec des actions de la nouvelle structure bancaire que l’État est en train d’élaborer.

Quelle que soit la piste finalement retenue, le marché ne se fait guère d’illusion: la dette subordonnée d’Anglo Irish vaut désormais moins de 30 cents l’euro et la probabilité de défaut de la dette à 5 ans de la banque est désormais évaluée par le marché des credit-default swaps (CDS) à 57 %.

Du coup, la prime de risque consentie par les acheteurs de CDS pour se couvrir, pendant 5 ans, contre un défaut de la dette souveraine irlandaise a inscrit hier un nouveau record à 5,2 %. Quant au surplus de rendement de la dette irlandaise à 10 ans par rapport aux Bunds, il a atteint en séance 4,61 %. Une situation tout bonnement intenable…

 

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés