BofA et Well's Fargo sous les derating de Moody's

L'agence d'évaluation financière Moody's a abaissé mercredi les notations des établissements américains Bank of America et Wells Fargo en raison d'une moindre probabilité d'un soutien du gouvernement en cas de besoin.

"Le gouvernement va probablement continuer à apporter un certain niveau de soutien aux institutions financières importantes structurellement", a indiqué l'agence Moody's dans des communiqués. "Cependant, il est aujourd'hui plus probable que pendant la crise financière qu'il permette la faillite d'une grande banque si elle devait rencontrer des problèmes financiers, les risques de contagion étant devenus moins aigus", a-t-elle ajouté.

Moody's a fait reculer la note de Bank of America de deux crans, de "A2" à "Baa1", et celle de Wells Fargo d'un cran, de A1 à A2.

L'agence d'évaluation a en revanche confirmé la note A3 à long terme du groupe bancaire Citigroup, tout en rabaissant d'un cran, de Prime-1 à Prime-2, sa note à court terme.

Moody's a justifié cette décision par "une amélioration du profil de créditeur de la (seule activité de) banque" de Citigroup. La baisse de la note à court terme de l'ensemble du groupe est liée "aux attentes réduites de soutien systémique", en dépit du "robuste" niveau de ses liquidités.

Moody's avait annoncé début juin qu'elle envisageait d'abaisser les notes de ces trois établissements financiers américains.

L'abaissement de la note de Bank of America "ne reflète pas un affaiblissement de la qualité intrinsèque du crédit" de la banque, a toutefois souligné Moody's.

L'établissement a fait "des progrès importants pour améliorer la situation de son capital et de ses liquidités, pour céder des actifs hérités et non essentiels, pour mesurer et évaluer les risques, et pour gérer son appétence au risque", a souligné l'agence d'évaluation.

Ces améliorations n'ont toutefois pas conduit à une "hausse de la notation de sa solidité financière", en grande partie en raison des risques liés "aux expositions de la banque dans sa division de prêts hypothécaires", selon Moody's.

La première banque américaine en termes d'actifs fait face à de nombreux défis, dont l'accumulation des procédures judiciaires à son encontre, liées aux prêts hypothécaires à risque hérités de ses filiales Countrywide et Merrill Lynch, achetées en 2008.

La décision de Moody's "repose sur des facteurs extérieurs à Bank of America", a réagi un porte-parole de Bank of America dans un courrier à l'AFP, soulignant être "en désaccord avec les conclusions" de l'agence. "Moody's indique clairement que nous avons fait des progrès significatifs", a-t-il noté.

Wells Fargo a également estimé que l'annonce de Moody's "reflétait un changement dans leur postulat sur le soutien systémique (du gouvernement) tel que prévu par les dispositions" de la loi sur la réforme financière Dodd-Franck adoptée en juillet 2010. Elle "n'affecte pas la notation de Wells Fargo" non liée au soutien du gouvernement, a déclaré un porte-parole du groupe à l'AFP.

Citigroup a de son côté indiqué être en "complet désaccord" avec la modification de sa note à court terme. "Cela ne reflète pas correctement les progrès significatifs réalisés par Citi depuis la dernière notation de Moody's il y a plus de deux ans et demi", a commenté le groupe dans un communiqué.

Vers 17H30 GMT à la Bourse de New York, l'action de Bank of America perdait 2,97% à 6,70 dollars, celle de Wells Fargo gagnait 0,99% à 24,92 dollars et celle de Citi lâchait 0,07% à 26,91 dollars.

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés