CNP Assurances enregistre un tassement en assurance vie

Le premier assureur de personnes en France, CNP Assurances, a enregistré sur les neuf premiers mois de l'année un bénéfice net de 795 millions d'euros, tandis que l'assurance vie marque un ralentissement, compensé par la prévoyance et la couverture de prêts.

Le directeur financier Antoine Lissowski a souligné, lors d'une conférence téléphonique, que le résultat ne bénéficiait pas de base de comparaison, car le groupe n'avait pas publié de chiffres trimestriels l'an dernier.

"C'est une photographie, sans le film qui permettrait de regarder comment la situation évolue", a-t-il expliqué.

Il a néanmoins indiqué que "toutes choses égale par ailleurs, on devrait aboutir à un résultat supérieur à celui de l'an dernier", qui avait atteint 1,0 milliard d'euros.

Sur le plan de l'activité, la tendance constatée est la même qu'au terme du premier semestre, avec une croissance portée par l'étranger.

"Le troisième trimestre n'a pas un profil très différent des précédents", a commenté M. Lissowski.

Alors que la France connaît un tassement (+0,3%), le Brésil reste sur la même dynamique, avec des revenus en hausse de 32% qui bénéficient notamment d'un effet important lié à l'appréciation du real.

Le Brésil pèse désormais plus de 7% du chiffre d'affaires du groupe.

Par métier, l'assurance vie stagne (-0,1%), alors que la prévoyance et la couverture de prêts (+13% chacun) sont des activités porteuses sur la période.

"Dans l’environnement actuel de taux d’intérêt bas, les relais de croissance sont la prévoyance et la couverture de prêts", commente le directeur général Gilles Benoist, cité dans le communiqué.

Même si le poids des contrats d'assurance vie en unités de compte (davantage liés aux marchés) a continué d'augmenter (volume triplé par rapport à l'an dernier), il ne représente encore que 10% seulement des revenus en France, contre 90% pour les contrats dits en euros (à capital garanti).

Les taux d'intérêt des obligations étant historiquement faibles actuellement, les marges dégagées par ces contrats en euros sont donc modestes.

M. Lissowski a ainsi reconnu que, compte tenu du contexte qui implique une faible rentabilité pour l'assurance vie, CNP a choisi délibérément de ne pas pousser les feux sur ces produits ces derniers mois.

"On n'a pas cherché à faire mieux" que l'an dernier, a dit le directeur financier, mentionnant notamment une modération en matière publicitaire.

La croissance de l'assurance vie à l'échelle du groupe est ainsi assez sensiblement inférieure à celle du marché (+6%).

Il a néanmoins précisé que l'assureur ne voulait pas non plus "donner l'impression (qu'il a décidé de se) désintéresser de l'activité épargne" (dans laquelle figure l'assurance vie).

Par opposition à l'assurance vie en euros, les produits de prévoyance et de couverture de prêts offrent des marges plus confortables, ce qui a incité le groupe à en favoriser le développement, selon M. Lissowski.

Au total, le chiffre d'affaires est en hausse de 2,5% à 24,6 milliards sur les trois premiers trimestres de l'année.

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés