GM a déposé son dossier d'introduction en bourse

Le projet de GM pour son retour en Bourse a été déposé mercredi auprès de l'autorité de régulation financière américaine, la SEC. Le géant automobile sera coté à New York et Toronto.

Dans un communiqué publié mercredi, General Motors  indique avoir "enregistré auprès de la SEC", le gendarme américain des marchés, son projet d'introduction en Bourse.

General Motors sera coté à la Bourse de New York et à celle de Toronto après l'introduction en Bourse qui doit lui permettre de rembourser une partie des capitaux publics reçus l'an dernier. Le nombre d'actions ou la fourchette de prix n'a pas été précisé. Mais le document enregistré auprès de la SEC mentionne lui un montant maximum de 100 millions de dollars, un montant théorique correspondant à un prix virtuel de 1 cent par action.

Le projet de GM comprend la vente d'actions ordinaires et celle d'actions préférentielles, ce qui devrait permettre à l'Etat, actionnaire du groupe à quelque 61%, de descendre plus rapidement du capital et de récupérer une partie supplémentaire des 50 milliards de dollars injectés dans le constructeur au plus fort de la crise, d'après des sources proches du dossier. Le Trésor américain a néanmoins déjà annoncé qu'il se réservait le droit de ne pas vendre ses actions GM.

Le texte présenté par GM mentionne également qu'il n'est pas prévu pour l'instant de verser un dividende sur l'action ordinaire, et la capacité à verser un dividende pourrait être limitée, précise GM.

Initialement attendu autour du 15 août, le dépôt du projet devant les autorités boursières a pris un peu de retard.

Le document à déposer auprès des autorités boursières détaille non seulement certaines conditions de cette introduction qui devrait être l'une des plus grandes de l'histoire de la Bourse de New York, mais aussi l'ensemble des risques pris par les investisseurs intéressés.

Le marché évalue pour l'instant le montant possible de cette introduction en Bourse entre 12 et 16 milliards de dollars, ce qui en ferait la deuxième plus grosse aux Etats-Unis après celle de Visa en 2008.

Le groupe sera coté au New York Stock Exchange sous le code "GM", comme avant sa faillite. GM était sorti de la cote à New York au moment de son dépôt de bilan en juin 2009. La majorité de ses parts (61%) avait été alors prise par l'Etat fédéral américain, qui l'avait sauvé de la faillite à coup de dizaines de milliards de dollars.

Depuis sa sortie de faillite, GM s'est délesté de quatre marques (Hummer, Pontiac et Saturn, arrêtées, et Saab, vendue) et sa direction a été réorganisée.

Depuis un an, la part de marché est repartie à la hausse. Les quatre marques conservées (Buick, Cadillac, Chevrolet, GMC) ont profité du rebond du marché automobile américain, qui avait connu en 2009 sa pire année depuis près de 30 ans. Le constructeur a aussi affiché deux trimestres de bénéfices de suite, dont 1,3 milliard de dollars au deuxième, le meilleur depuis six ans, après des pertes accumulées depuis 2007.

Certaines critiques ont toutefois jugé que le retour en Bourse pouvait paraître précipité dans un contexte de fébrilité des marchés financiers face aux doutes sur la solidité de la reprise économique.

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés